www.aviso-asbl.be

AVISO-Logo-400px.jpg

• AIDE AUX VICTIMES DES SECTES • BIENVENUE •

  Un aviso est un navire rapide de lutte sous-marine et de surface

  Dernière mise à jour :  24/10/2019    

 "Il y a encore des gens qui meurent à cause des gourous"

DH.jpgLa "Dernière Heure" consacre, le 23 octobre 2019, une page à une interview d'André Frédéric, sénateur (et président d'AViSO (photo), qui consacre une bonne part de sa carrière à la lutte contre les dérives sectaires.
Sous la plume de Maïli Bernaerts, il regrette que, si le terrorisme et le radicalisme méritent bien sûr le plus grand intérêt, les moyens mis en oeuvre le soient au détriment du reste, à la Sûreté de l'Etat comme, dans une moindre mesure, à la police fédérale : "L'antiterrorisme a pris toute la place. Il n'y a donc quasi plus personne qui s'intéresse aux sectes (...) Tout ce qui concerne les sectes passe donc sous les radars. Résultat ? C'est la récréation et tout le monde peut mettre en place des structures (...) qui sont avant tout des machines à broyer des gens et des portefeuilles".AFDH1.jpg
Dommage, car "il y a une augmentation du phénomène (...), on constate de nouvelles organisations avec de tout petits groupes qui se réunissent autour de gourous (...) qui cherchent à cibler des individus", notamment dans le domaine de la santé et du bien-être. "Quand une personne abandonne la chimio pour se faire soigner par le passage de la lumière... Ce sont des histoires vraies, pas des fantasmes. Des gens en meurent parce qu'ils sont en situation de fragilité et sont tombés entre les mains de personnes qui en ont plus après leur portefeuille qu'après leur santé".                                                           Lire ces articles de la "Dernière Heure"

euro.jpg "J'en veux aux victimes qui n'osent pas témoigner"

La "Dernière Heure" consacre aussi, le même 23 octobre 2019, un article à Christine, laquelle a vécu pendant dix ans sous l'emprise d'un gourou : "Quand j'ai compris qu'il prenait tout mon argent, je me suis révoltée". La pénible histoire d'une dame happée par un malfaisant, alors qu'elle était en état de faiblesse psychologique. Malheureusement, un classique du genre...

 

 CIAOSN : "Des sectes sur le Net, rapides et dangereuses"

KV.jpgDans un article signé Sa.B., les journaux du groupe Sudpresse indiquent ce vendredi 11 octobre 2019, en interviewant la directrice du CIAOSN (Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles), à Bruxelles, que le danger sectaire a largement gagné Internet. Kerstine Vanderput (photo) explique que les organisations sectaires ne sont plus uniquement des groupes physiques, mais sont devenues virtuelles, entièrement ou en partie.
Ce sont des familles en détresse qui ont narré au CIAOSN un scénario commun : à la suite d'une difficulté quelconque, un proche se change les idées en surfant sur le Net. Et là, "son comportement se modifie rapidement, à la grande surprise de son entourage", confie la directrice Vanderput à Sudpresse. Une évolution due à un programme informatique qui, au fil des recherches, propose des sites de plus en plus ciblés. "Au bout d'un moment, on a un effet tunnel. Les suggestions vont vous renforcer vers une opinion, ou un point de vue". Sélectionnés par un mouvement sectaire...
Le danger du virtuel, c'est que ça se passe beaucoup plus vite, insiste Sudpresse, ce qui limite les opportunités de réflexion. Avec, au menu, le risque d'un abus de faiblesse, d'une exploitation physique ou psychologique. Et comme toujours en la matière, le risque financier.
Inquiétude, pour le CIAOSN : "Le phénomène n'est pas du tout en train de disparaître, bien au contraire !", explique sa directrice.

 Inquiétude pour la Miviludes (France)

André Frédéric, président d’AViSO, est fort inquiet du désinvestissement de l’Etat français dans la lutte contre les sectes. Si cette information se confirme, soit la fin prochaine de cette institution pourtant efficace, il s’agirait d’un recul désastreux pour la France, qui avait pourtant été précurseur en ce domaine. Côté belge, notre président restera extrêmement vigilant au maintien, voire au renforcement, du CIAOSN, Observatoire fédéral des Sectes.

Cliquez ICI pour lire l'article de France Inter

 Retour au tribunal pour le "Père Samuel"

La presse a largement fait écho de cette relance judiciaire après que le "prêtre" (non reconnu par l'Eglise) ait déjà été attrait au tribunal pour des actes douteux. Que cela donnera-t-il cette fois, à Charleroi ? Au menu : des opérations financières importantes et suspectes, des actes éventuellement contraires aux lois sur les pratiques médicales - mais les charges pour faits de moeurs ont été abandonnées.

Lire la compilation de WORDPRESS, au départ d'articles de SudInfo, de l'Echo et de RTL Info.

 

Bon à savoir

Broyeurs de conscience

"Le mal existe, mais pas sans le bien, comme l'ombre existe, mais pas sans la lumière"

Alfred de Musset

Il s'en est vendu près de deux mille exemplaires, depuis sa publication. Mais ce livre est désormais épuisé. Une version neuve est en projet. D'accès aisé, à la fois essai de réflexion et référence pratique efficace, ce livre a pu en aider beaucoup à détecter un mouvement sectaire et à en reconnaître les méthodes de recrutement.

Quels sont les plus actifs d'entre eux dans notre pays ? Que font les pouvoirs publics ? Quid des enfants ? Quelles précautions prendre ? Comment réagir ? Voilà quelques aspects seulement du phénomène que l'auteur, André Frédéric, abordait dans un ouvrage tout public, car son aspect pédagogique était essentiel.

Taillé dans un langage clair et accessible, Broyeurs de conscience se lisait d'ailleurs aussi comme un bon mode d'emploi. A bientôt pour une version encore améliorée.

Haut de page

 

AViSO - Aide aux victimes des sectes - asbl   |   16, rue de la Charrette - 4130 Tilff   |   0494 31 22 01   |   contact@aviso-asbl.be
Copyright www.aviso-asbl.be © 2013 - 2015. All Rights Reserved.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique d'utilisation des cookies.